Pas d’autre passeport sanitaire que la joie!

Chers amis et membres de la famille Joy for the Planet

Pour la première fois, je vous écris avec une certaine gravité. Non pas que la joie m’ait quittée, mais parce que les temps que nous traversons sont décisifs pour l’avenir de l’humanité. Habituellement, je ne mêle pas les aventures de Joy for the Planet, mes reportages sur la beauté du monde et mes rencontres, avec la politique. Pour une fois, cet article sur ce blog y fait exception.

Je vois beaucoup de souffrances, de doutes et de déchirements autour du moi, comme je vois aussi de nouveaux départs, des innovations et des solutions d’avenir, des renaissances individuelles et des mises à jour collectives nécessaires. Ce grand brassage nous oblige à redéfinir nos valeurs, nos priorités et à nous affirmer dans nos choix de vie.

L’Europe et le monde occidental sont particulièrement touchés par la crise autour du coronavirus. Je n’en suis guère étonnée, tant nous nous étions détournés des lois naturelles et de la « vraie vie ». 

La vraie vie? C’est celle qui marche main dans la main avec les lois de la création, les cycles, les mouvements et les respirations de l’homme, de notre planète et du cosmos. C’est vivre au quotidien dans une relation consciente et aimante avec les autres, la nature et l’environnement. C’est être dans l’expérience concrète dans une interaction simple avec le vivant, dans le moment présent, loin des spéculations financières, des jeux de pouvoirs et de la digitalisation de nos existences au profit de quelques-uns.

Malgré les drames qui se jouent, les faillites, les séparations, les divisions, nous vivons un passage salutaire inespéré vers une nouvelle Terre. En cela, le Covid est un marchepied pour nous hisser vers notre profonde humanité. À condition toutefois de tirer les leçons de cette crise.

Aujourd’hui, pour simplifier, chacun d’entre nous est invité à choisir entre un futur qui place l’homme au cœur de la vie et au-dessus des technologie ou un futur qui place la technologie au-dessus des hommes pour les assujettir et continuer à exploiter les ressources de la Terre. Il faut choisir entre la lumière et l’éclairage, entre la version originale de la réalité ou sa contrefaçon.

Voulons-nous confier nos vies et notre santé à des entités extérieures, dont nous ignorons tout des motivations et des intentions ? Ou préférons-nous faire confiance à notre système immunitaire et à notre sagesse ancienne et intérieure qui a fait ses preuves depuis la nuit des temps ? “L’immunité, c’est vous donner à vous-même vos propres règles d’interactions avec le vivant autour de vous, et en vous, et choisir ce que vous laissez rentrer en vous et ce que vous en faites sortir », a déclaré le Dr. Louis Fouché, très inspirant médecin et lanceur d’alerte français. Au niveau politique, “il faut revenir à des États-Nations au service des peuples“, propose la juriste et économiste Valérie Bugault que j’ai invitée en Suisse à venir donner une conférence le 4 juin aux Ateliers de la Côte.

Dans un monde où la corruption dans les politiques de santé est un secret de polichinelle, comment faire confiance à des états et à des politiciens ouvertement impliqués dans des conflits d’intérêt et soumis à des allégeances économiques avec la haute finance internationale et les industries pharmaceutiques ? Comment accepter de réduire la santé humaine à une dose de « vaccin pour tous » quand tant d’autres remèdes efficaces existent, naturels ou non, adaptés aux constitutions physiques et psychiques de chacun ? Quel regard voulons-nous poser sur l’homme ? Faut-il le réduire à une ressources économique pour une poignée d”individus ou préférons-nous le voir comme un être cosmique, unique, créateur d’amour et libre de bâtir sa plus haute destinée?

C’est toute la démarche de Joy for the Planet, dont je présenterai le film “La route de la Joie” le 3 juin aux Ateliers de la Côte: partager le meilleur de l’homme en lui rappelant ses origines souveraines et lui offrir, par la joie, l’antidote et le fertilisant pour créer le monde de demain.

Isabelle Alexandrine

Votre joie est ma destination.

Avatar

Isabelle Alexandrine Bourgeois

Après avoir collaboré pour la télévision, la presse écrite et la radio, Isabelle A. Bourgeois est déléguée humanitaire auprès du CICR avant de devenir rédactrice en chef du magazine du CICR "Avenue de la Paix". En 2018, avec Joy for the Planet, Isabelle traverse 23 pays comme journaliste bénévole pour partager le meilleur de l'homme, raconté dans «La route de la Joie», paru en janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *