Escale en Bretagne où j’ai remis une lampe solaire à Thierry Garance

Après avoir traversé un morceau de Suisse, les Temples de l’Humanité à Damanhur en Italie, la Sardaigne, la Corse et le sud de la France, me voici arrivée en Bretagne où j’ai fait une nouvelle rencontre émouvante. Nous sommes en mars 2018, deux ans avant la fermeture des frontières et l’arrivée du Covid qui a chamboulé nos vies.
Voici Thierry Garance. Après avoir perdu sa femme et ses amis, ce père a fait le choix de pardonner.
Comme le hasard est merveilleusement intelligent. En visite chez des amis bretons dans dans la région de Trégon (nord de la Bretagne), j’ai garé mon camping-car devant une jolie maison en pierres avec des volets bleus. Au crépuscule, j’ai croisé son propriétaire qui n’était autre qu’un célèbre artiste et ancien maquettiste à Charlie Hebdo. Thierry Garance était l’ami d’enfance du dessinateur Tignous et proche de la plupart des victimes de l’attentat à la rédaction du journal qui a coûté la vie à 12 personnes le 7 janvier 2015.
Derrière les volets bleus de la maison en pierres, j’ai donc rencontré Thierry. Un « héros » ordinaire extraordinaire. Un homme qui a fait de ses épreuves du grain à moudre pour déguster l’existence comme un café d’exception. Thierry a témoigné devant ma caméra de la grande résilience qu’il a réussi à vivre après plusieurs drames qui ont bousculé son existence dont le décès prématuré de la mère de ses enfants, suite à une maladie, puis la mort brutale de ses amis et collègues tombés sous les balles des assaillants.

Non à la victimisation, oui à la vie !

Les premiers temps, que cela soit après la mort de son épouse ou après l’assassinat de ses amis, Thierry Garance s’était mis dans la posture de la « victime » impuissante, maudissant les assassins et déplorant les drames du monde. « Puis j’ai compris que se « victimiser » nous maintenait la tête sous la presse de l’immobilisme et de l’inertie », raconte-t-il. Il a raison. Se plaindre et faire porter la faute aux autres, c’est démissionner de sa propre existence. C’est donner la victoire à ceux qui sèment le trouble et le chaos. Alors, cet artiste talentueux a repris les rênes de sa vie en faisant le choix de la confiance et de la beauté, au-delà des ombres et des pièges que peuvent nous tendre la haine et la violence. Demander à notre personnalité et à notre ego de se plier aux volontés de l’âme est un défi quotidien.

Un souvenir sur Begoodee

Thierry Garance m’a fait le cadeau de dessiner sur Begoodee le héros de la BD de Tignous et de la mini-série TV de 15 épisodes intitulée « Panda dans la brume ». Son fils Malo a lui aussi dessiné mon chien Ulysse avec cette petite bulle au-dessus de sa tête : « Reste debout »! Un message prémonitoire puisque quelques jours plus tard, Ulysse a survécu à un très grave oedème pulmonaire dont il s’est complètement remis grâce à sa rage de vivre et l’envie manifeste de m’accompagner quelques temps encore dans cette mission au service de la joie. Pour sa force et pour l’amour qu’il a choisi de servir malgré la tentation de la colère et du désespoir, j’ai offert à Thierry notre petite lampe solaire. Afin que la lumière soit plus forte que la nuit.
Avatar

Isabelle Alexandrine Bourgeois

Après avoir collaboré pour la télévision, la presse écrite et la radio, Isabelle A. Bourgeois est déléguée humanitaire auprès du CICR avant de devenir rédactrice en chef du magazine du CICR "Avenue de la Paix". En 2018, avec Joy for the Planet, Isabelle traverse 23 pays comme journaliste bénévole pour partager le meilleur de l'homme, raconté dans «La route de la Joie», paru en janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *