Et l’essentiel dans tout ça ?

 

Déjà plus de 6 mois que j’ai atterri ici.

Intense, magique… C’est fou comme le temps passe vite….

Aujourd’hui, un sentiment nouveau m’anime.

Comme une impression de ” Et Maintenant “…

 

Que se cache t’il derrière cette porte d’aéroport ?

Vu d’ici, tout m’a l’air un peu chaotique et pas très séduisant … J’imagine que ma vue à baissé avec les années et c’est tant mieux.

Mes projets ont évidement changés, pas pour me déplaire, au contraire. Je vais me concentrer sur l’essentiel, c’est en tous cas ce que je me suis dit.

Après avoir organisé un festival, une retraite de yoga, surfé des nouveaux spots, donné plus de 100 cours, suivi une formation, joué dans des lieux invraisemblables, dérapé et mangé le bitume à plus de 40km/h, dégusté des mangues, rencontré des gens extraordinaires, bu des noix de coco, attrapé des coups de soleil, discuté avec des singes, rigolé avec des moines, traversé une crise mondiale et  avoir eu un jardin remplis de palmiers, je vais pouvoir me consacrer à l’essentiel.

L’essentiel, forcément un terme indispensable, d’une grande importance, probablement comme une salutation au soleil un jours de pluie.

Mon avion décolle dans quelques jours…

Je file retrouver l’essentiel, avant qu’il ne disparaisse avec le soleil.

 

https://www.instagram.com/fredmiserez/

https://soundcloud.com/miserez

Pas prêt de prendre le train !

Ayubowan,

C’est le bonjour version Sri Lankaise, un bonjour plutôt amical et chaleureux soit dit en passant.

Confiné sur cette magnifique île de l’ocean indien, je prends le temps d’éveiller ma curiosité.

Ici, le règlement est stricte : Interdiction de sortir de chez soi !

J’entends quand même le traffic depuis le jardin, probablement une autre idée du mot interdiction de ce côté-ci du monde.

C’est vrai que depuis quelques temps, je me demande comment peux vivre une famille d’ici sans sortir. Disons que je ne le saurais jamais car je ne peux pas sortir non-plus et ce n’est pas aujourd’hui que je prendrais le train pour aller rendre visite à Damith, mon ami, qui vit à Galle, une charmante ville du sud.

Tous les 3, 4 jours, le couvre feu est levé pendant quelques heures, une journée très attendue d’ailleurs… Aller au Marché, surf, lunch entre amis… Le train train habituel quoi…

Malgré toutes cette agitation, le pays gère assez bien cette crise…

Je ne ressens pas trop de tensions ou d’angoisse, j’attends juste de pouvoir reprendre le train en marche.

Le train qui finira par arriver …

Sous les tropiques la notion du temps n’est plus la même…

Privilégié, j’ai quand même un peu hâte de retrouver toute la compagnie.

Ps : Tout en écrivant, je me suis laissé bercer par ce mix…

Que c’est bon de rêver…

 

 

Namaste à la maison, stp !

Voilà, voilà, il est temps de prendre conscience, que comme l’amour et la musique, ce satané virus, qui nous met à genoux, non pas pour méditer sur notre existence, quoi que … mais plutôt pour nous assouvir à son pouvoir, se propage, se partage aux travers nos relations et nos rencontres.

Rester à la maison est probablement la plus sage des réponses que l’on puisse donner à la question ; Mais que faire alors ?

Au lieux de faire, peut-être, être est une idée !

Prenons le temps de vivre en écoutant cette musique qui remue notre esprit.

Essayons durant cette courte pause existentielle, ainsi soit-elle, de se recentrer sur l’essentiel.

Respire !

Cet air frais est magique, il glisse le long de ton corps jusqu’au plus profond de ton âme.

Mon âme d’ailleurs salue la tienne.

Namaste

NAMASTE, le divin en moi salue le divin en toi